Communiquer de façon non-violente

Que nous soyons en couple ou séparés, se parler comporte un défi.
Si en plus nous sommes envahies par nos émotions, alors le défi augmente.

S’exprimer clairement, grâce à la technique du OSBD

Cette technique comporte plusieurs phases :

  1. Observations : Je nomme mes observations (des faits clairs).
  2. Sentiments : Je nomme mes sentiments. Les six émotions de base suffisent généralement (faut pas se compliquer les choses, donc « je me sens triste, en colère, apeurée, heureuse, déçue, dégoutée. »
  3. Besoins : Je nomme mon besoin, pas celui de mon enfant ni celui de l’autre car je ne le sais pas.
  4. Demande : Je fais une demande claire. Je propose une solution alternative et je suis celle qui va la mettre en action, car au final je n’ai aucun pouvoir sur l’autre. Je ne peux que souhaiter que mon changement de comportement ait une influence positive sur l’autre
  5. OPTIONNEL : Je nomme les gains pour moi, pour l’autre et pour l’enfant, si possible.

Voici un exemple concret :

Bonjour à toi,
Je remarque que je n’ai pas eu de réponse à mon courriel de notre derrière échange du 4 mars. Je ressens de la colère et de la tristesse. J’aurais besoin d’être considérée et j’aurais besoin d’avoir ton opinion face aux décisions qui concernent notre coco. J’ai besoin que notre entente soit respectée. Ainsi, la non-réponse dans un délai de 48 heures, sera pour moi signe d’approbation et je vais prendre action.

OPTIONNEL : De cette manière, je ne sentirais pas que je te brime si je t’écris à nouveau et de mon côté, je me sentirais légitimée d’agir face à ma demande sans ta réponse. Pour coco, cela aura pour effet de ne plus retarder les réponses à ses demandes.
Merci à toi. Je suis ouverte à discuter d’une autre option si tu le souhaites.

Analysons ensemble cet exemple

Je COMMENCE et je TERMINE avec de la courtoisie.

Vous avez compris qu’on parle en « JE ». Cela favorise l’écoute et non la justification.

En discussion verbale, peu importe comment réagit l’autre, nous répétons les étapes 1 à 5. Si de nouveaux éléments sont apportés, le discours évolue, les mêmes étapes s’appliquent.

Que ce soit intentionnel ou non, puisque nous ne contrôlons pas comment l’autre va percevoir ce que l’on dit, nous assumons notre part de responsabilité… que ce soit 20 %, 40 %, 70 %.

Ne nous positionnons pas en victime, nous sommes responsables de comment nous gérons nos émotions ainsi que nos actions et comportements.

Ne nous positionnons pas en bourreau, rien ne te donne le droit d’utiliser la manipulation, la violence ou autres comportements dans le but d’avoir un gain en exerçant du contrôle sur l’autre. Si tu te reconnais, ça vaut la peine de consulter, car souvent ça t’éloigne de ton objectif ultime qui est d’être heureux.

L’autre a droit à son point de vue, respectez-le.

Restons concentré sur les solutions qui seront optimales pour nos cocos.

Nous choisissons une solution, nous l’expérimentons avec un délai et selon le résultat nous la maintenons ou nous apprenons de nos erreurs et nous en sélectionnons une autre. Nous avançons ensemble et c’est ça qui est important.

Écoutez le podcast sur le même thème

5/5

Vous aimez cet article?

Partagez sur Facebook
Partagez sur Twitter
Partagez sur Linkdin
Épinglez sur Pinterest

Laissez un commentaire

connexion

Déjà connecté ? Accéder à votre compte

Créer un compte

Communication coparentale
saine et fonctionnelle

Demandez votre outil gratuit

Pour optimiser votre coparentalité et améliorer la communication avec l’autre parent, cet outil vous donnera des pièges à éviter et des pistes de solutions.