Impliquer l’enfant dans les décisions de la coparentalité

Dans un effort collaboratif pour le Comité Organisateur qui Balise la Médiation Familiale au Québec (COAMF), j’ai eu l’honneur de participer à une discussion captivante avec Caroline Paquet, psychologue, conseillère d’orientation, et médiatrice familiale. Cette conversation, riche en insights, s’est concentrée sur un sujet fondamental : comment inclure nos enfants dans le processus décisionnel post-séparation, sans leur imposer le poids de ces décisions.

La parole de l’enfant dans la médiation familiale

La médiation familiale offre un cadre unique pour aborder la délicate question de la participation de l’enfant aux décisions qui le concernent directement. Notre échange a souligné l’importance cruciale de considérer l’opinion de l’enfant, tout en veillant à ne pas le surcharger d’une responsabilité décisionnelle qui n’est pas la sienne. Comment alors équilibrer son implication sans franchir cette ligne fine ? Nous avons exploré cette question à travers diverses stratégies et exemples concrets.

Jacques et Antonio : Une étude de cas

Pour illustrer notre propos, nous avons partagé l’histoire de Jacques et Antonio, deux pères qui naviguent dans les eaux parfois troubles de la coparentalité. Leur histoire souligne l’importance de la collaboration pour le bien-être des enfants. Malgré leurs différences de vie et les défis de communication, ils se sont engagés à travailler ensemble, illustrant qu’avec de la volonté et de l’ouverture, des solutions peuvent être trouvées. Leur processus de prise de décision concernant l’éducation et le bien-être de leurs enfants, Louis et Juliette, met en lumière comment des parents séparés peuvent coexister harmonieusement en mettant de côté leurs différences pour prioriser les besoins de leurs enfants.

Le partage des responsabilités décisionnelles

Au cœur de notre discussion, le concept de partage des responsabilités décisionnelles occupe une place prépondérante. Ce partage, qui touche à des domaines aussi variés que la santé, l’éducation, et les loisirs des enfants, nécessite une coopération et une communication efficaces entre les parents. Nous avons souligné que, quelle que soit la configuration de la garde, les décisions importantes doivent être prises de concert, en mettant l’accent sur l’intérêt supérieur des enfants.

Modalités de communication entre parents

L’établissement de modalités de communication adéquates entre les parents est essentiel pour une coparentalité fonctionnelle. Que ce soit par des rencontres en personne, des courriels, ou des applications dédiées, trouver le moyen de communication le plus adapté peut grandement faciliter la prise de décision commune et le partage d’informations pertinentes sur la vie des enfants.

Pour le meilleur intérêt de l’enfant

L’histoire de Jacques et Antonio, avec leurs démarches respectueuses et inclusives, illustre parfaitement comment il est possible de réussir sa coparentalité après une séparation. En mettant en pratique une communication ouverte et en se concentrant sur les besoins et le bien-être de l’enfant, il est possible de surmonter les défis inhérents à la séparation. Notre collaboration avec le COAMF et l’échange avec Caroline Paquet renforcent cette conviction : en écoutant, partageant et décidant ensemble, nous pouvons tous contribuer à un environnement familial sain et épanouissant pour nos enfants, malgré les circonstances.

 


Caroline Paquet

Caroline Paquet est membre de l’Ordre des psychologues du Québec, de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec et médiatrice familiale accréditée. Elle a également une formation en éducation spécialisée. Au cours des douze dernières années, elle a travaillé avec des enfants, des adolescents, des jeunes adultes, des parents et des couples. Ses interventions ont, en règle générale, pour but de favoriser le développement de l’estime de soi, la modification de comportements, la réussite scolaire et la prise de décision. Elle est en outre, habilitée à travailler avec des personnes souffrant de troubles d’apprentissage, hyperactivité, déficit d’attention ou de troubles du comportement. Aussi, son expérience et sa formation lui permettent d’offrir des services d’orientation scolaire et professionnelle.


Écoute cet épisode en collaboration avec Caroline Paquet sur le balado « S’équiper pour se séparer. » du ministère de la justice du Québec


Tu ne connais pas le podcast CoRsÉ ?

La coparentalité est parfois corsée, mais il n’est pas SI sorcier de mieux communiquer avec Cynthia Girard, psychoéducatrice, médiatrice familiale et psychothérapeute coparental.

CoRsÉ est un podcast hebdomadaire qui s’adresse aux parents en couple ou séparés ou en recomposition familiale et aux intervenants qui travaillent avec ces familles.

Si tu as des questions ou des sujets dont tu aimerais que je parle, écris-moi à consultation@girardcynthia.com

Vous pouvez partager le podcast s’il vous a plu et mettre des étoiles c’est comme ça qu’on va encore plus le faire connaître 🙂

Les liens pour me rejoindre / Mon univers

L’histoire de Jacques et Antonio, deux pères séparés naviguant dans la coparentalité, souligne l’importance de la collaboration pour le bien-être des enfants. Malgré leurs différences de vie et les défis de communication, ils se sont engagés à travailler ensemble, illustrant qu’avec de la volonté et de l’ouverture, des solutions peuvent être trouvées. Leur processus de prise de décision concernant l’éducation et le bien-être de leurs enfants, Louis et Juliette, met en lumière comment des parents séparés peuvent coexister harmonieusement en mettant de côté leurs différences pour prioriser les besoins de leurs enfants.

 

 

Écoutez le podcast sur le même thème

5/5

Vous aimez cet article?

Partagez sur Facebook
Partagez sur Twitter
Partagez sur Linkdin
Épinglez sur Pinterest

Laissez un commentaire

connexion

Déjà connecté ? Accéder à votre compte

Créer un compte

Mieux communiquer avec son coparent

Demandez votre outil gratuit