Parler de santé mentale aux enfants : Des mots pour le dire

Dans cet article, je souhaite partager avec vous les réflexions et les conseils prodigués lors d’une récente chronique à la télévision de Kogo du Saint-Jean, abordant un sujet crucial : comment parler de santé mentale avec nos enfants. Dans un monde où le bien-être mental devient progressivement un sujet de discussion ouverte, il reste néanmoins difficile de trouver les mots justes pour en parler avec nos tout-petits. Pourtant, il est vital de briser le silence et d’engager cette conversation, aussi complexe soit-elle.

L’importance de nommer les choses

Tout d’abord, il est essentiel de nommer les troubles de santé mentale par leur vrai nom. Tout comme nous expliquerions à un enfant qu’il ne peut pas jouer au soccer avec un parent qui a une jambe cassée, il est important de parler ouvertement des troubles mentaux. Les enfants, dans leur innocence, pourraient autrement croire que c’est de leur faute si papa ou maman est triste, distant ou en retrait. Il est donc crucial de leur expliquer que ce n’est pas à cause d’eux, mais à cause d’un trouble spécifique que leur parent vit ces moments difficiles.

Le rôle des allégories et des métaphores

Pour aider les enfants à comprendre ce qui peut sembler abstrait et complexe, l’utilisation d’allégories et de métaphores est une approche efficace. Le livre “Il Pleut à la Maison” du Docteur Lamy, mentionné dans ma chronique, est une excellente ressource. Il offre non seulement des allégories pour expliquer différents troubles de santé mentale mais propose aussi des questions et réponses pour guider les adultes dans leurs explications.

L’âge n’est pas un obstacle

Il n’y a pas d’âge inapproprié pour parler de santé mentale. La clarté et l’honnêteté sont fondamentales, bien que l’approche puisse varier en fonction de l’âge de l’enfant. L’objectif reste le même : assurer à l’enfant que les problèmes de santé mentale sont réels, qu’ils ne sont pas de sa faute et que l’adulte concerné reçoit l’aide nécessaire d’un professionnel.

L’importance de l’environnement familial

Il est également crucial que toute la famille soit informée et utilise les mêmes termes et explications. Cela crée un environnement cohérent et sécurisant pour l’enfant, où la santé mentale n’est pas un tabou, mais un sujet que l’on peut aborder librement et honnêtement.

En conclusion

Parler de santé mentale avec nos enfants est un acte de courage et d’amour. C’est leur donner les outils pour comprendre le monde dans toute sa complexité, tout en renforçant le lien de confiance entre eux et leurs parents. N’oublions pas que dans ces discussions, la vérité et la simplicité mènent à la compréhension et à l’empathie, posant les fondations d’une relation familiale saine et ouverte.

 

 


Écoute cet épisode BONUS de la série CoRsÉ


C’est ta première fois sur le podcast CoRsÉ ?

La coparentalité est parfois corsée, mais il n’est pas SI sorcier de mieux communiquer avec Cynthia Girard, psychoéducatrice, médiatrice familiale et psychothérapeute coparental.

CoRsÉ est un podcast hebdomadaire qui s’adresse aux parents en couple ou séparés ou en recomposition familiale et aux intervenants qui travaillent avec ces familles.

Si tu as des questions ou des sujets dont tu aimerais que je parle, écris-moi à consultation@girardcynthia.com

Vous pouvez partager le podcast s’il vous a plu et mettre des étoiles c’est comme ça qu’on va encore plus le faire connaître 🙂

Les liens pour me rejoindre / Mon univers

Écoutez le podcast sur le même thème

5/5

Vous aimez cet article?

Partagez sur Facebook
Partagez sur Twitter
Partagez sur Linkdin
Épinglez sur Pinterest

Laissez un commentaire

connexion

Déjà connecté ? Accéder à votre compte

Créer un compte

Mieux communiquer avec son coparent

Demandez votre outil gratuit